Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 Apr

Peiné est ce cœur, un cœur qui voyage sans éclat

Publié par Fatoumata Baloka Kaba  - Catégories :  #Poeme dedie aux Femmes battues., #Hommage aux Femmes, #Poeme dedie aux enfants du monde, #poeme dedie aux lecteurs., #Le combat de la vie, #Recherche une prise de conscience.

Peiné est ce cœur, un cœur qui voyage sans éclat
Peiné est ce cœur, un cœur qui voyage sans éclat
Peiné est ce cœur, un cœur qui voyage sans éclat
Peiné est ce cœur, un cœur qui voyage sans éclat

Le mal au cœur, une tristesse inexplicable

   L’aimer a été ma bêtise, la bêtise du siècle

Recevoir une plaie a été mon sort

Incroyable Destin, Effroyable Destin

 Est-ce bien cela le bonheur ?

  L’amour a-t-elle beaucoup de visage ?

 Me pointant de son doigt, me souriant avec ses lèvres

  Me désignant avec sa main, me piétinant avec son pied

  Se rendre compte que sa main est juste vaine, fausse

   Que le mensonge est sa parole

 Le mensonge est sa vie, le mensonge est vérité

  Le mensonge en dégradation, l’aggradation du siècle

 La fin d’une vie, une vie à sa fin

  La plénitude de la vie et l’éternelle vie

Ce mensonge qui coupe les ailes

  Cette vérité qui tue, cette vérité qui éclate

 Méprisable mensonge ! Méprisable vérité !

 Si seulement…

Seulement si on se doutait…

Si seulement nous pouvions savoir…

 Jamais, n’aura-t-on qu’à croire ?

  L’atrocité du mensonge, l’atrocité de l’acte

 Une fois qu’elle commence,

La vase, l’eau du gobelet, le puit, le bassin

 Remplit par ce gouffre, le gouffre si profond

 Il augmente, s’aggrave, s’amplifie

Vérité dans tous les cas, mensonge dans tous les tombes

 Envie de sourire, envie de pleurer

 Le cœur en larme, un cœur en décadence

Si l’amour détruit, si l’amour illumine

Rend fou, heureux, féerique

  Alors vivons sans, alors vivons avec

Le cœur d’une mère, le cœur d’une sœur

  Les larmes de la nature, les plaintes de la brousse

  Les vagues des océans, les cris des montagnes

 Toutes ces larmes par ton nom

  Le nom qui donnait plaisir

 Ces souvenirs par tes traces

 Maudit, Maudit, Maudit sois le jour…

Maléfique, démoniaque et féerique

Le destin, le sort si triste, ensorcelant, beau et envoutant

 Envie de s’écrouler,

  La terre se refuse, ses bras refusent d’accueillirent

 Le pardon est, sera possible

 Meurs d’envie de te haïr, et ne te hais point

  Le cœur peiné est capable de te pardonner

 Ce cœur peiné te pardonne, ce cœur attristé te sourit

  Sourira sans toi, il brillera, briller

Réapparaîtra comme ce beau soleil du midi.

A ceux qui ont connu la déception, à celles qui continue à vivre, à sourire malgré. Je ne demande que sourire, tellement triste mais rien de plus triste que de perdre cet éclat. Donnes toi à la vie, donnes toi aux nouvelles conquêtes. La vie est voyage, voyage et voyage avec fierté tout en souriant.

Respect et Admiration.

Je vous remercie. FBK  

Commenter cet article

À propos

Une femme libre dans sa pensée, refusant les préjudices et toutes formes d'injustices.Poète,activiste et féministe engagée. Fière d’être noire et du sang.